Interview de Marie Denigot-Hamon, danseuse professionnelle (Danse avec les stars)

Originaire de Saint-Nazaire, Marie Denigot-Hamon est danseuse professionnelle. Championne de France en 2010 (moins de 21 ans en 10 danses, 5 danses latines et 5 danses standard) puis professeure de danse dans 3 associations de Loire- Atlantique (Centre Artistique Yemaya à Saint-Nazaire, ADLP Pornichet et Les fanas du dancing à Saint-André des Eaux), elle a intégré l’émission Danse Avec les Stars en 2015. D’abord danseuse additionnelle, Marie Denigot-Hamon a participé à cette septième saison en tant que danseuse coach et est arrivée en finale aux côtés d’Artus. Marie Denigot- Hamon fait partie de la tournée Danse avec les Stars qui débute demain au Zénith de Nantes.

 

Première participation en tant que danseuse coach, une place de finaliste, on peut dire que c’est une entrée dans le programme réussie !

Oui effectivement, je suis contente je n’aurai pas pu espérer mieux ! C’est 12 semaines de travail acharné, je savais que je m’engageais dans une aventure hyper intense. Les premières semaines avec la motivation ça allait tout seul, mais au fur et à mesure la fatigue s’est installée et puis les deux dernières semaines on était tous un peu exténués tout simplement parce que c’est du non stop. Je suis super surprise en tant que nouvelle danseuse, je ne m’attendais pas du tout à être supportée et à aller jusque-là. Quand j’ai appris que j’allais danser avec Artus, je ne pensais pas aller aussi loin non plus parce qu’il n’avait jamais pratiqué la danse avant. C’est vrai que de l’avoir vu progresser de semaine en semaine et puis de nous être sentis portés par le public et par le jury qui appréciaient notre travail, c’est quelque chose de formidable.

 

Quel est le défi le plus important que vous ayez dû relever durant cette aventure ? 

Le plus dur pour moi c’était de partir de chez moi, de Saint-Nazaire. J’ai laissé ma famille, mes amis, mes élèves avec qui je travaillais depuis 4 ans. J’essayais de développer la danse par chez moi, je faisais tout mon possible pour développer les associations dans lesquelles je travaillais. Tout quitter du jour au lendemain, c’est ce qui a été le plus difficile pour moi.

 

Vous avez été championne de France , comment est née votre vocation pour la danse de salon ?

Vers l’âge de huit ans, je suis allée à un forum des associations à Saint-André des Eaux, une petite commune vers Saint-Nazaire. J’ai vu des retraités qui faisaient de la danse de salon et je me suis passionnée pour ces danses tout de suite. La saison d’après, ma mère m’a inscrite dans ce club avec ces personnes et au fur et à mesure des années, j’ai cherché à commencer à faire des compétitions avec un partenaire de mon âge.

 

En tant que professeure, avez-vous vu un boom avec l’émission DALS , les jeunes viennent-ils plus facilement vers les danses de salon aujourd’hui ?

Pour l’instant je n’ai pas ressenti trop de différence étant donné que je ne suis pas revenue donner des cours. Dès que l’émission Danse avec les stars est apparue en France il y a 7 ans, c’est vrai qu’on a senti un engouement nouveau pour les danses de salon surtout chez les enfants en fait, ils veulent imiter leurs idoles et donc venir faire du rock, du Cha Cha.

 

Vous enseignez du côté de Saint-Nazaire, quel enseignement proposez-vous et pour quel public ?

Toutes les danses pour les enfants, les ados et pour tous les niveaux.

 

Quel est votre quotidien en tant que danseuse ?

Quand j’étais sur Saint-Nazaire jusqu’en juin dernier, je cumulais deux métiers, je faisais 80 % de danse et 20% où j’étais esthéticienne à mon compte. Après mon bac, j’ai fait des études d’esthétique afin d’avoir une roue de secours si jamais la danse ça ne fonctionnait pas. Le matin j’étais esthéticienne à domicile et l’après-midi j’allais faire mes entraînements pour les compétitions de danse de 14 heures à 19 heures environ, et ensuite je donnais des cours de danse jusqu’à 23 heures. Le week-end, je participais aux compétitions en France et en Europe.

 

La tournée DALS débute samedi à Nantes, vous passez des studios parisiens à la rencontre directe avec le public, comment vous sentez-vous avant cette première ?

J’ai hâte, c’est une première pour moi aussi la tournée, je suis hyper curieuse, l’ambiance est plus « cool » car il n’y a pas d’enjeu. Ce n’est pas une compétition donc c’est vrai que c’est plus détendu.

 

Je crois qu’Artus ne sera pas à vos côtés pendant cette tournée.

En effet, il ne participe pas à la tournée car il est en tournage actuellement et après il reprend son spectacle.

 

Ensemble, vous avez travaillé avec Marie-Claude Pietragalla pour un prime, ça doit être une expérience inoubliable de danser avec une danseuse étoile ?

J’étais un peu en retrait de cette danse, c’est plus Artus qui a dansé avec Marie-Claude Pietragalla car c’est lui qui était jugé. Après, j’ai écouté ses conseils, c’était vraiment impressionnant et puis ça reste l’une des plus belles prestations de l’émission.

 

Quels sont les projets vers lesquels vous souhaiteriez vous tourner par la suite ?

Pour le moment c’est un gros point d’interrogation étant donné que je ne saurai qu’au mois de juin si je participe ou non l’année prochaine à DALS. Je ne sais pas pour le moment si je vais reprendre mes cours de danse [en tant que professeure]. Pour le moment je vis un petit peu au jour le jour, je prends tout ce qu’il y a de bon à prendre.

 

Samedi vous êtes sur scène à Nantes, vous êtes la régionale de l’étape puisque vous êtes originaire de Saint-Nazaire, quels sont vos endroits favoris à Saint-Nazaire et à Nantes ?

Le front de mer de Saint-Nazaire où je vais quasiment quotidiennement promener ma chienne (rires). C’est l’endroit qui me manquait le plus quand j’étais à Paris, j’étais malheureuse de ne pas voir la mer, la première chose que j’ai faite quand je suis rentrée à Saint-Nazaire, c’est de passer en voiture devant le front de mer et de regarder l’horizon ! J’aime bien également sortir sur Pornichet et La Baule.

J’ai fait mes études d’esthétique à Nantes, j’y vais pour faire du shopping à Atlantis, Ikea, après quand je sors sur Nantes même, j’aime bien aller au Nid, vers Commerce, des endroits classiques pour sortir sur Nantes.

Saint-Nazaire c’est une ville tellement confortable, il y a tout ce qu’il faut, je suis heureuse là-bas, je n’ai pas envie d’en partir.

 

Visuel : © Malo / TF1

 

Infos :

Danse avec les stars, samedi 7 janvier au Zénith de Nantes Métropole.

15 h et 20h30

 

Propos recueillis par Céline

Secteur Nantes

secteurnantes@hellonantes.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *