Jacques B. chante Brel et fait battre les coeurs à mille temps

Il y a 40 ans disparaissait Jacques Brel (1929-1978), aujourd’hui encore son oeuvre continue de toucher toutes les générations. Jacques Barbaud, dit Jacques B. chante Brel de son nom de scène, perpétue la mémoire de l’artiste en reprenant sur scène ses chansons.

Passion et authenticité sont les maîtres-mots du parcours de Jacques Barbaud. C’est lors de la diffusion d’une émission de télévision consacrée à Jacques Brel en 1979 qu’il a été ébloui par l’œuvre et la vie du légendaire auteur compositeur interprète « Je n’avais aucun disque de Jacques Brel à ce moment là » se souvient-il. C’est en découvrant la chanson « Les Marquises » que le déclic a eu lieu « J’ai commencé à 18 ans je chantais déjà, ça a été une forme d’appel à donner vie aux textes de Brel » se remémore-t-il. Avec son spectacle il participe à faire renaître sans cesse dans le cœur des gens les émotions que procurent les chansons iconiques telles que « Les vieux amants », « Amsterdam » ou encore « La valse à mille temps ».

Reprendre ces mythiques chansons ne s’improvise pas et c’est avec beaucoup de travail et de passion que Jacques Barbaud s’est plongé dans l’œuvre de Jacques Brel «  Ce qui m’intéressait c’est la difficulté, avec Brel c’est des difficultés sur toutes les chansons […] Je savais que je m’attaquais à un monument de la chanson rien que ça ça me donne une motivation énorme ».

Autodidacte, il commence par jouer à la guitare « Jojo » et « Le plat pays » mais il souhaite pouvoir interpréter « Vesoul », « Amsterdam » ou encore « Ces gens-là » c’est alors qu’il décide de s’entourer de musiciens « À une époque il a fallu monter sur scène pour évoluer d’ailleurs Brel le disait lui-même, les chansons il les mettait au point sur scène, moi c’est pareil ». À 43 ans, Jacques Barbaud qui travaille alors dans les assurances après avoir été dans l’automobile et aux côtés de son papa forgeron choisit de se consacrer à son métier d’interprète « Je ne pouvais pas faire deux métiers, il fallait que je fasse un choix. Ça m’a fait voyager énormément, grâce à lui je suis allé sur l’île où il vivait aux Marquises, il m’a transporté et m’a permis d’avoir une vie fabuleuse » explique-t-il.

Le lien qui l’unit à Jacques Brel se révèle au public à chaque concert et sa sensibilité touche les spectateurs de toutes générations « Il y a une vraie communion avec le public. Avec les musiciens il y a le partage, personne ne triche, le public le sent » souligne Jacques Barbaud qui a chanté sur le Norway (ex France), avec un orchestre symphonique lors de trois concerts et qui sillonne le monde pour partager toujours plus ces instants d’émotion et de convivialité avec son public.

Une carrière teintée de sincérité et d’humilité qui lui a fait faire de belles rencontres comme celle de Serge Reggiani en Bretagne «  J’ai eu la chance de croiser Serge Reggiani dans un petit cabaret. Il était là pour faire un vernissage de ses tableaux. Il m’a fait l’honneur de rester m’écouter chanter le soir et à la fin du spectacle le patron du lieu m’a appelé et m’a dit « Serge Reggiani veut te voir ». Il m’a tendu la main et m’a dit « Bravo ».

Son souhait est de jouer à l’Olympia comme il le révèle « Ce n’est pas pour moi mais pour Brel, j’aimerais emmener mes musiciens à l’Olympia, c’était la salle qui l’a fait découvrir en chantant « Amsterdam » ».

En attendant une date sur Nantes et sa région, Jacques B. sera sur scène le dimanche 28 octobre à Cerizay, salle de spectacle La Griotte (79). Il donne également quelques concerts privés pendant l’année.

 

Infos complémentaires :

www.barbaudbrel.com

 

Jacques Brel a marqué l’histoire de la chanson, et pour lui rendre hommage plusieurs lieux ont pris le nom de Jacques Brel à Nantes et en Loire-Atlantique : avenue, rues, Salle Jacques Brel à Saint-Nazaire et le Collège Jacques Brel à Guérande.

Crédit Photo : © Jacques B. chante Brel

Hello Nantes