Thouaré sur Loire : June photographe « chasseuse d’émotions »

Après avoir été maquilleuse professionnelle dans la mode, June photographe de 31 ans a décidé de vivre de la photographie en installant son studio à Thouaré sur Loire. Pour Hello Nantes, cette passionnée de l’amour et « chasseuse d’émotions » nous transporte dans son univers, à l’opposé des clichés des séances photos traditionnelles de mariage et de naissance.

Votre pseudo est « June » comment avez-vous choisi ce nom ?

Lorsque l’on se lance dans un métier artistique la première chose à faire est de trouver son identité et le pseudo en fait partie. Je ne voulais pas faire figurer mon vrai nom. Mon fils est né au mois de Juin et le nom « June » est devenu une évidence. Aujourd’hui il me colle à la peau, et je ne me retourne d’ailleurs plus sur mon vrai prénom !

Vous étiez maquilleuse dans l’univers de la mode et 1ère maquilleuse de France en 2012, pourquoi avoir choisi de vous orienter vers la photographie ?

Parce que je ne suis juste pas faite pour les milieux de requins ! J’ai évolué dans le milieu de la mode sur Paris qui est un milieu malsain, d’apparence et de faux semblants. Étant assez naïve j’ai beaucoup trop donné pour des personnes qui n’ont pas hésité à me marcher sur les pieds ensuite. Dans ce milieu vous vous sentez important, puis vous redescendez vite de votre nuage quand vous arrivez à voir l’envers du décor. J’ai donc continué mon métier de maquilleuse sur Nantes loin des paillettes. J’ai toujours été passionnée par la photographie, et c’est suite à une rupture amoureuse douloureuse où j’avais besoin de me réfugier dans quelque chose pour sortir de ma souffrance que je me suis lancée. Alors msieur qui m’a fait mal au cœur si tu lis ces lignes : un grand merci tu as changé ma vie !

Pouvez-vous nous décrire votre métier de photographe en quelques mots ?

C’est dur de résumer en quelques mots ce magnifique métier ! Je dirais qu’il m’a fait rencontrer et travailler avec de belles personnes, des futures mamans, des tout petits bébés, des familles et des mariés. Mon métier est de figer leur bonheur et leur amour à un instant important de leur vie mais également de leur laisser un patrimoine familial qui traversera les générations. Au delà des souvenirs, je leur offre un moment en famille dont ils se souviendront longtemps. Je partage beaucoup d’émotions avec toutes ces personnes.

Comment vous êtes vous formée à la photographie ? Est-ce que votre expérience dans la mode a été un moteur ?

La mode n’a pas du tout été un moteur. Pour moi photographier une mannequin rachitique ne me fait pas kiffer. Par contre photographier deux personnes en train de s’aimer ça me fait vibrer ! Je suis une vraie petite fille avec encore plein de rêves d’enfants dans la tête. J’aime l’amour et les mariages voir les couples s’embrasser et se dire des mots doux dans l’oreille. J’ai toujours fait ma petite souris quand je voyais des mariages dans mon village d’enfant, je me cachais pour voir la mariée sortir de l’église et j’étais toujours émerveillée ! La photo me permet de figer tous ces rêves et ces amours à jamais, avec mes yeux d’enfants et mon cœur d’artichaut. Un ami photographe m’a appris les bases techniques et ensuite je me suis formée toute seule. La technique c’est bien, mais l’œil ne s’invente pas.

Vous avez suivi une formation pour la photographie des nourrissons notamment auprès d’une sage femme, pouvez-vous nous en dire plus ?

Oui j’ai été assistante maternelle pendant 6 ans. J’ai suivi des formations et notamment celle aux premiers secours pour les bébés. Je me suis également formée en lien avec une sage femme qui m’a montré les positions physiologiques d’un nouveau né, ce qu’il faut faire et ne pas faire pour éviter de le blesser. Et même s’ils ne sont pas en sucre il y a des choses importantes qu’il faut connaître. Tous les photographes qui manipulent des nouveaux nés devraient en faire de même !

Vous déplacez-vous dans les maternités pour réaliser des séances photos, ou est-ce quelque chose que vous souhaiteriez développer ?

Non ! Laissons donc les mamans tranquilles à la maternité ! Déjà elles ne sont pas forcément à leur avantage et en plus je trouve que c’est un peu jouer sur les sentiments d’une maman qui vient d’accoucher pour leur vendre une séance. J’effectue les séances uniquement si les clients ont la démarche de faire appel à mes services. Soit en studio ou à domicile. Je n’aime pas prendre 4/5 photos, rester 5 min à faire la mini séance et les faire vendre par une commerciale derrière. C’est un vrai business et ce n’est pas pour moi. Mes séances photos pour nouveau né durent au minimum 2h30, je passe beaucoup de temps en amont, pendant et après la séance pour fournir le meilleur à mes clients. Je fais aussi ce métier pour le partage et le relationnel humain.

Comment se déroule une séance photo, préférez-vous travailler en studio ou dans d’autres univers ?

J’ai un studio à mon domicile, je me déplace aussi chez mes clients s’ils le souhaitent et en extérieur également. Je m’adapte aux souhaits de chacun d’eux.

Quelles sont vos inspirations au quotidien ?

Mon style a évolué avec moi au fur et à mesure de mes expériences personnelles, amoureuses, amicales et professionnelles. Je photographie avec le cœur. Je ne m’inspire pas d’autres photographes, car je ne veux pas leur ressembler. Je veux que mon style soit unique ! Et ma plus belle récompense aujourd’hui c’est d’entendre dire à la vue de mes photos  » ah je reconnais c’est June art ça «  tout est dit !

 

Crédit photo : © June Art

Christelle
Secteur Nord-Loire
nordloire@hellonantes.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *